Randonner en Côte d’Or

Randonner en Côte d’Or

La Côte d’Or nous prouve par ses nombreux sentiers que son terroir ne se conjugue pas uniquement selon la grammaire récurrente des rangs de vignes et des grappes. De vastes territoires boisés, sauvages et touffus dans le Châtillonais, déserts et méconnus dans la montagne dijonnaise, ou de charmants bocages comme ceux qui agrémentent les courbes subtiles des vallons de l’Auxois, complètent avantageusement la mosaïque des paysages.

Le Pays beaunois

Dans le sud du département, les complexes plissements du sol provoqués lors de la surrection alpine ont généré un territoire d’une extraordinaire richesse, berceau de quelques-uns des plus grands crus de France. Pays de vigne donc, mais pas seulement: cette géologie tumultueuse a aussi produit son lot de failles, falaises, coteaux coiffés de crêtes calcaires où les grands arbres prennent leurs aises. Nos deux randonnées déroulent leur tracé dans cette région au double visage, l’une dans une nature domptée et sagement ordonnée par l’homme, tandis que l’autre nous fait découvrir un environnement plus sauvage, ponctué de rocs surgis des profondeurs de la Terre et de passages en surplomb vertigineux. Le Chemin des Grands Crus part de Dijon et s’étire sur 87 km jusqu’à Santenay en traversant 29 villages réputés. D’autres circuits, comme le sentier Jean-Marc Boivin qui parcourt les hauteurs dominant la rivière Cosanne à partir de Nolay ou encore le sentier Marianne un peu plus au nord, permettent d”explorer la face sauvage du pays.
> Beaune et Pays Beaunois

Le Pays châtillonais

Au nord de la Côte d’Or, aucune autoroute ni voie SNCF ne vient déflorer les rudes paysages des plateaux calcaires du Châtitlonars. Les silhouettes sévères des abbayes cisterciennes et bénédictines soulignent encore cette atmosphère d’austérité. De vastes domaines boisés, aérés de quelques champs de céréales, abritent une biodiversité inattendue: le sabot-de-Vénus, orchidée des marais tufeux, la cigogne notre, échassier rare et élégant … Le GR®2 accompagne la Seine dans ses premiers méandres, tandis que le GR®213 explore une partie de la plus grande forêt de Bourgogne.
> Chaillonnais Tourisme

La montagne dijonnaise

Entre le Bassin parisien et le fossé de la Saône, le plateau bourguignon se boursoufle et s’élève jusqu’à 600 m. C’est la montagne dijonnaise, dont le rebord oriental forme la côte. Au centre de la Côte d’Or, juste à l’ouest de la capitale bourguignonne cette région vallonnée couverte de bois de chênes sessiles et de charmes est curieusement très peu peuplée. Une densité encore plus faible qu’en Lozère, pas facile donc d’y trouver des hébergements. C’est pourtant là que les chemins balisés sont parmi les plus anciens de la région, comme la Marche à l’Étoile ou le circuit du Bouton d’Or.
> Destination Dijon
> Sentinelles de la Montagne Dijonnaise

L’Auxois-Morvan

À l’ouest, aux confins du Morvan, la plaine argileuse, pommelée en douces collines a été remaniée par les hommes depuis le XIXe siècle pour y développer l’élevage. De nombreux châteaux, dont ceux de Mme de Sévigné, à Bourbilly et Epoisses, viennent hérisser le bocage de leurs profils sombres sous l’œil impassible des Charolais. De l’histoire encore, avec les 120 km du sentier Bibracte ­ Alésia (dont 60 en Côte-d’Or) qui retracent l’itinéraire emprunté par Vercingétorix et compagnons moustachus en 52 av. J-C. Plus à l’est, un gigantesque réseau de sentiers totalisant presque 200 km, permet de réaliser des boucles de 1 à 3 Jours autour des lacs de l’Auxois.
Sources : Passion Rando – N°10 Janvier-Février-Mars 2009

En savoir plus

Côte d’or Tourisme
Côte d’Or Randonnée