Forêt du Val Suzon

Forêt du Val Suzon

Située aux portes de Dijon, la forêt du Val Suzon abrite une biodiversité remarquable, qui fait l’objet de nombreuses actions de protection. Il ne faut parcourir qu’une dizaine de kilomètres depuis Dijon, pour découvrir la forêt du Val Suzon, une des plus grandes forêts de Bourgogne-Franche-Comté.

Celle que l’on surnomme la “Petite Suisse bourguignonne”, en raison de ses paysages, cumule les statuts de protection, attestant du caractère exceptionnel des lieux. Abritant un site Natura 2000, la forêt a également vu la création d’une Réserve naturelle régionale de 3000 hectares en 2011. Depuis 2016, le label Forêt d’exception, attribué à une quinzaine de forêts en France, a également été créé sur une zone équivalente à 70 % de la Réserve naturelle régionale. Ce label vient souligner un peu plus le patrimoine exceptionnel du Val Suzon, qu’il s’agisse du patrimoine naturel, historique ou paysager.

Des espèces méditerranéennes aux montagnardes
À l’image de toutes les autres forêts d’exception françaises, la forêt du Val Suzon fait donc aujourd’hui l’objet d’un nouveau mode de gestion, associant une cinquantaine d’acteurs du territoire et dont la priorité est la préservation des milieux. « La richesse de la forêt repose notamment sur la diversité des milieux, qui bénéficient de multiples expositions et donc de températures et de pluviométries très différentes ». S’ajoutent à cela des caractéristiques géologiques particulières, avec des plateaux, des falaises calcaires, des combes et des vallons, qui ont forcé la forêt à se développer à différentes altitudes.

Alors que dans les parties hautes et exposées au sud, les espèces méditerranéennes se développent, les combes humides accueillent quant à elles une végétation montagnarde, marquée par la présence de hêtres et de mousses, dont certaines sont particulièrement rares.

Un éco-pâturage pour le débroussaillage naturel
L’une des caractéristiques de la forêt est également la présence de pelouses sèches, qui accueillent une flore et une faune particulières comme, par exemple, le faucon pèlerin. Pour ces pelouses sèches, la menace se trouve principalement dans la fermeture des milieux, liée au développement de la forêt. Un éco-pâturage réalisé avec une trentaine de moutons a donc été mis en place il y deux ans, pour débroussailler naturellement les espaces et empêcher que la forêt ne gagne trop de terrain.

Plus d‘informations